L'Aer bouillonne, une guerre se pépare...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Izura Zeith, le protecteur solitaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zeith
Maitre Tenebrae
avatar

Messages : 25
Age : 28

Personnage Orys
Points de RP:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Izura Zeith, le protecteur solitaire.   Ven 2 Mar 2012 - 10:48



Fiche de présentation


Nom, Prénom

Izura Zeith

Surnom

Midnight

Race Dominante

Seiten

Race Secondaire

Henos

Age

307 ans

Elément

Tenebrae (Ténèbres)

Faction

Gardian

Rang désiré

Maitre Tenebrae

Description du mental

Zeith vit chaque jour en éprouvant une haine profonde envers lui-même, à l’origine de la mort de sa mère, il ne se l’est jamais pardonné. Une rage est cependant bien plus prononcée, celle qu’il éprouve envers son père et tout ses actes de barbaries. Il ne pourra apaiser une partie de sa culpabilité, que lorsque celui-ci sera mort de ses mains.
Au quotidien, Zeith est une personne calme et lucide. Bien que très peu loquace, il sait être à l’écoute des autres et leur donner des conseils quand cela vient à s’imposer. Souvent seul, il ne recherche pas la compagnie des autres et même plutôt à l’éviter le plus possible.
Etant un Seiten et bien qu’il évite de se mêler aux affaires des autres, il arrive que Zeith ne puisse faire autrement. Toujours dans l’ombre, il n’agit pas pour la renommée ou une quelconque récompense mais plutôt afin d’apaiser un peu le fardeau qu’il traine sur son dos depuis tant d’années.
De son père il n’hérita que deux choses, la première est son ambition pour la puissance. Toujours en quête d’augmenter sa force, il pense néanmoins et à la différence de son père, qu’il faut l’utiliser pour le bien du monde et non pas pour son profit personnel. Nuit après nuit, il s’entraîne sans aucune relâche et jusqu’à ce qu’il tombe de fatigue. Cherchant toujours un être au moins aussi fort que lui, il parcourt le monde à sa recherche et ainsi devenir assez fort pour atteindre son objectif.
Son second héritage fut son acharnement dans le combat. Lors d’une bataille, c’est comme si une autre personne s’éveillait dans son corps et en prenait le contrôle. Une rage sans limite le submerge et se répand autour de lui, ami ou ennemi il élimine quiconque se trouve sur son chemin.



Description du physique

En apparence, Zeith est assez musclé mais cela ne tombe pas dans l’excès et ne fait pas grotesque. Sur son corps il n’y a pas de marque particulière, le peu qu’il avait après son enfance à Arcania, ce sont effacées avec le temps grâce au Saymen. Son visage est à la fois doux et froid, rare sont ceux qui ont pu voir un sourire sur celui-ci. La plus grande particularité de Zeith est sans aucun doute la couleur de ses yeux, lapis dans son état normal deviennent vermeille dans les moments de combats intenses. Ses cheveux d’un gris bleuté sont souvent en bataille, quand ils sont coiffés, cela forme des pics relevés sur l’arrière et des mèches entremêlées se posent sur son front.
Toujours vêtu de couleurs sombres, il s’habille légèrement et ainsi ne possède d’armure ou de protection d’aucune sorte et ainsi privilégie la facilité et la légèreté de ses mouvements.
Pour sa vie quotidienne, Zeith est habillé d’un T-shirt bleu nuit avec des motifs de fleurs tribales noires autour du col. Par-dessus il porte une veste de cuir et de coton noir, elle possède quatre poches, deux au niveau du haut du torse et deux juste en dessous de la taille. Son pantalon, de la même matière et même couleur que la veste, possède une poche de chaque côté ainsi que plusieurs rajout de tissus par endroit pour ajouter du style. A la taille, il porte une ceinture de cuir noire avec la boucle en acier foncé et avec des rivets de même couleur que la boucle sur toute l’extrémité de la ceinture. Aux pieds ce sont des bottes de cuir également noires qu’il porte. A sa main gauche il possède un gant toujours en cuir tandis qu’à sa main droite se trouve une simple bague en acier avec une aile gravée dessus et à l’intérieur une inscription « Ermya », le prénom de sa mère.
Quand il se prépare pour un combat, où plutôt pour les grandes batailles, il se retrouve vêtu intégralement de cuir et à la différence de sa tenue courante, ce cuir et légèrement renforcé de plus il porte des gants (différent du premier) qui lui arrivent presque jusqu'aux coudes.


Arme(s) :


Zeith possède 2 armes différentes qu'il maintient dissimuler dans l'ombre du Tenebrae.
La première est une épée qu'il peut manier d'une seule main nommée Storm. Équipé d'un mécanisme au niveau de la garde, celui-ci permet d’accélérer le mouvement d'action pendant un bref instant en puisant dans l'aer que le manieur peut lui insuffler. Utilisé correctement la lame peut être propulsé dans la direction souhaité à une vitesse prodigieuse sans que le lanceur ne bouge d'un cheveux.
La seconde est une épée à deux mains dont la longueur de la lame dépasse légèrement les 2 mètres pour une épaisseur d'une douzaine de centimètre, Broxna permet d'avantage de broyer que de trancher. La partie censée être tranchante est à présent légèrement émoussée, ceci sans doute dut au fait que l'épée est utilisé principalement pour briser les carapaces des imposantes créatures que Zeith rencontre.
Les deux épées sont gravées sur toute la longueur des lames, d'inscriptions dont la signification reste flou puisque celles-ci proviennent d'une langue morte.

Histoire

On ne choisit pas d’où l’on vient et encore moins notre famille. Je suis issu de la « famille » royale, en effet mon père n’est autre que le roi d’Arcania, Archos Izura. Mon enfance fut, malgré ma classe sociale, plus dure que celle de n’importe quel autre. Dès l’âge de quatre ans je fus arraché des bras de ma mère pour avoir entre mes mains une épée bien trop lourde pour la petite personne que j’étais. C’est ici que commence toute l’histoire de ma vie.

Partie 1
Face cachée


Il était tôt ce matin là, je sortais du château par une porte menant à la grande cour. Le ciel était nuageux et le vent soufflait assez durement. Dans la partie gauche de la cour se trouvait des cibles pour les archers, sur la partie droite s’était des mannequins en bois inertes et n’attendant de se faire malmener. Au centre se tenait mon maître d’arme Righ, c’était un homme assez grand à la musculature bien formée. Ses cheveux courts d’un noir de jais s’accordaient parfaitement avec son visage jeune et son attitude confiante. Épée plantée dans le sol, il m’attendait avec un petit sourire en coin. J’avais pris l’habitude de subir un entraînement au combat tout les jours depuis les six dernières années. Je fus initié à l’art du combat à mains nues ainsi qu’à toutes sortes d'armes blanches.

J'eus à peine le temps de sortir mon épée de son fourreau accroché à ma ceinture, que Righ fonçait sur moi en abattant sa lame dangereusement affûtée sur moi. Je bloquai l'attaque de justesse avant de tomber en arrière sous le choc de l'acier. Toujours le sourire en coin, il me lança.


« Allez ! Relèves toi ! ».

Sans me laisser le temps de répondre il dirigeait la pointe de son épée en direction de mon cœur. Pour esquiver je fis une roulade sur ma gauche, la lame m’érafla le bras droit laissant s'écouler un peu de mon sang sur le sol. Je décidai d'ignorer l'entaille, de toute façon je n'en aurais pas eu le temps, Righ sortait déjà sa lame du sol pour effectuer une attaque tranchante dans ma direction. Je pris appui sur mes pieds pour me projeter en arrière et effectuer un flip arrière et atterrir sur mes jambes tremblantes.
Inspirant un grand coup, je serrai la poignée de mon arme de ma main droite et tentai d’asséner une attaque frontale mais qui fût facilement parée par mon adversaire qui envoya mon épée se planter à plusieurs mètres derrière moi.
À peine je lançai un regard en arrière pour situer mon épée que je sentis un coup violent dans l'estomac. La douleur fut si intense que je me recroquevillai sur moi-même en me tenant le ventre comme si cela allait la faire disparaître.


« C'est tout ce dont tu es capable ? Me dit Righ en me lançant un regard moqueur. »

Je savais qu'il ne me laisserait pas tranquille et à vrai dire je n'avais en aucun cas l'intention de continuer à me faire malmener de la sorte.
Tant bien que mal je me relevai, je fermai les yeux et me vidai la tête de toutes pensées. Peu à peu le froid s'empara de mon corps et je ne ressentis plus aucune douleur, ensuite ce fut le tour de chacun de mes membres. J'étais comme prisonnier de mon propre corps. Lorsque je rouvris les yeux, ceux-ci me brûler intensément. Une fumée noire enveloppa mon épée toujours plantée dans le sol loin derrière moi, la fumée se dirigea ensuite rapidement vers ma main droite pour l'y faire apparaître. Soudainement et sans que je n'en donne l'ordre à mon corps, il s'élança en direction de mon maître d'arme pour l'asséner d'une multitude d'attaque que celui-ci avait du mal à parer. Après une attaque qui fit reculer Righ de plusieurs mètres, je tendis toujours contre mon gré, mon bras droit dans sa direction. Une nouvelle fumée noire s'enroula autour de mon bras avant de foncer en direction de mon opposant qui avait déjà commencé à préparer une incantation. Un bouclier entièrement fait de flammes apparu sur la trajectoire de la fumée qui s'abattit de plein fouet dessus avant de se dissiper.
À ce moment précis, je commençai à reprendre le dessus sur moi-même, un membre après l'autre. Je ressentis une douleur intense dans chacun d'eux, elle était si importante que je ne pus m’empêcher de hurler avant de tomber évanoui sur le sol.


Je me réveillai dans mon lit. Je m'en extirpai douloureusement, chaque mouvement me faisait souffrir, mais je tenais absolument à en sortir. Je me dirigeai vers la vitre de ma chambre. La nuit était tombée apparemment depuis un moment, la pleine lune était déjà haute dans le ciel étoilé. D'un coup ferme je tapai dans le mur de pierre froide, ce que je regrettai aussitôt.
Une voix ce fît entendre.


« Tu es faible, je vais t'engloutir aisément !
Je me retournai pour voir qui venait de parler, mais la pièce était vide.
Que cherches-tu ? Continua la voix dans un petit rire sournois.
- Montres toi lâche ! 
- Je ne me cache pas, bien au contraire. Tout ce que je désire c'est d’apparaître au grand jour. 
Une fumée noire apparue soudainement et enveloppa toute la pièce.
- Je ne suis nul autre qu'une part de toi même. »

Je commençai à comprendre ce qu'il se passait. Cette fumée noire ressemblait étrangement à celle que mon père utilisait lorsque qu'il combattait en duel. L'aer venait de s'éveiller. Mes deux parents pouvant l'utiliser à haut niveau, je savais que je pourrais y faire appel un jour. J'aurais néanmoins préféré acquérir l'élément de ma mère, le Glacies. Au lieu de cela c'était ce Tenebrae de mon père qui m’effrayait tant qui s'imposa à moi.

« Trop facile... Résiste un peu, je veux m'amuser un peu avec toi ! M'ordonna cette voix désagréable qui au final ne devait provenir que de ma tête.
Pourquoi je te résisterais ? Je préfère nettement t'utiliser pour devenir plus fort. »

Il fallait savoir qu'à cette époque je ne désirais qu'une seule chose. Tuer ce père avec lequel je vivais, tuer ce père qui tua ma mère en absorbant toute sa vitalité quelques années après ma naissance. La haine que j'avais pour lui n'a jamais faibli, mais j'étais jeune, faible et fragile.

« M'utiliser ? La voix explosa de rire. Tu n'en es pas capable !
C'est ce que nous verrons ! »

Depuis ce jour, je m’entraînai chaque jour et chaque nuit. Je devins rapidement insomniaque afin de ne laisser aucune brèche de faiblesse à cette voix inconnue. Je découvris par la suite que cette voix n'était autre que la folie de la bataille qui régnait en moi. Au fil des années elle se tut et ne s'exprima que lors des combats les plus intenses que je menais, le tout en imprégnant mes yeux d'une couleur rouge vermeille.

Partie 2
La voie du destin


« Tu rejoindras le régiment du général Ernetz, tu seras son second. M'annonça mon père.
Le second de cet imbécile... Soufflai-je. Je peux très bien me charger seul de n'importe quelle mission.
- Si je t’envoies avec lui ce n'est pas parce que je mets en doute tes facultés au combat. Mais plutôt pour que tu apprennes à diriger des troupes. Tu dois apprendre les rudiments de la guerre.
- Bien, bien... Et quelle sera la cible ?
- Votre cible sera la ville d'Eres sur l'île d'Elfen. L'objectif est de prendre le contrôle de la ville afin d'en faire un avant poste pour attaquer ensuite le temple de l'île. Il se retourna vers moi. Des diversions ont été prévue afin de diviser les gardians présents sur place.
- Pourquoi ce temple précisément ? Il est proche des territoires Ressalien.
- Certes, mais le Maître du temple ne devrait plus tarder à rendre l'âme. Nous allons donc saisir cette occasion pour attaquer.
- Je vous reconnais bien là mon père... Je me retournai avec un sourire sur les lèvres et avançai en direction de la sortie de la salle du trône, levant ma main droite pour signifier mon départ. Je prendrais la vie de ce vieux fou... »

11 jours plus tard, Eres, île Elfen.

Je regardai la scène au loin, assis sur l'une des branches les plus hautes d'un arbre. J'avais une vue imprenable sur l'entrée de la ville. Nos soldats se battaient férocement contre les protecteurs de la ville. Ayant l'avantage du nombre, la victoire se faisait ressentir.
L'air ambiant devenu rapidement électrique, je me relevai sur mon perchoir et regardai plus attentivement l'horizon. Des éclairs s'abattaient dans un grondement violent sur nos hommes les projetant dans les airs.
Je sautai de la cime de l'arbre, une fois à terre je lançai un regard à mon bon vieux général.


« Ernerzt, d'une voix calme. Il est temps pour vous de montrer tous vos talents. Je vous laisses passer devant.
J'avais le sourire en coin, Ernertz lui me lança un regard noir avant de s'adresser à la garnison restante.
Nous passons à l'attaque, en avant ! »

Le groupe d'une vingtaines de soldat armé à dos de Gwardnox se mit en marche avec le général en arrière garde. Je les regardais partir au loin en sachant pertinemment que ceux-ci allaient y laisser la vie.
Je me rapprochai de la scène pour mieux voir ce vieux fou d'Ern se faire étriper. Je m'installai sur une muraille partiellement détruite. Les simples soldats venaient tout juste de se faire démembré. L'odeur du sang dans l'air commençait à titiller mes sens, j'avais de plus en plus de mal de retenir la voix de la folie.
Le combat venait de commencer, un duel entre le Fuildre de cet opposant inconnu et le Ventus du vieux. Le duel devint rapidement inégal, Ernertz était de loin trop faible, le pauvre était complètement dépassé. Chaque manipulation du Ventus se faisait dispersé par un simple éclair. Bien qu'il manipulait sa rapière vivement, son adversaire était lui bien plus vif, d'une simple parade le vieux se fit désarmé. La rapière se planta entre les deux guerriers à égale distance l'un de l'autre après que chacun eut prit ses distances.
Le jeune homme fit signe à Ern de reprendre son épée et lui lança d'un ton moqueur.


« Aller mon vieux, remue toi un peu, j'en attrape des courbatures à t'attendre. »

Il y eut un grommellement du vieux qui s'avançait pour récupérer son arme. Cependant au moment exact où il posa sa main sur le manche, une lame le transperça. Celle de son ennemi ? Non, mais plutôt de la mienne. Las d'attendre le dénouement inévitable de ce combat, j'y mis un terme. Son corps tomba sur le sol sans nul autre bruit que celui du choc du corps sur le sol.

« T'as buté mon jouet ! Enflure ! Dit en s'énervant quelque peu celui qui allait être mon adversaire.
- Il était dépassé le vieux... Répondis-je en regardant le cadavre de mon supérieur théorique.
Pointant ma lame à présent sur le jeune homme, le regard plein de fureur de combattre.
Quel est ton nom toi que je vais réduire à néant ?
- Tu n'as pas besoin de savoir mon nom, tu vas mourir avant de l'entendre !
- C'est ce que nous allons voir ! »

Je m'élançai sur ma cible et dès le premier choc entre nos lames, l'ambiance se fit pesante. Un épais nuage de fumée noire électrique se forma tout autour de la ville d'Eres. Le choc de nos deux forces sembla duré des heures. Ce qu'il se passa au sein de ce nuage restera à jamais et seulement dans les mémoires de nous deux.

J'étais épuisé, le combat avait été si intense que je dus puisé jusque dans mes réserves pour tenir le coup. Lorsque l'épais nuage de fumée se dissipa, j'étais le seul encore debout. Mon adversaire, Adranix, gisait inconscient sur le sol. Le combat avait eu de lourdes conséquences, la ville d'Eres fut entièrement détruite ne laissant plus que ruines et désolations.
Ce duel m'avait néanmoins permit de prendre la décision qui me trottait en tête depuis toujours. Il était tant que je quitte Arcania afin d’acquérir davantage de puissance pour l'anéantir. Mon père périra de ma main.

Avant toute chose, je ne pouvais me permettre de laisser un homme inconscient au milieu de ces ruines. Je m'approchai de lui, fallait-il l'achever ? Non, c'était un guerrier suffisamment fort pour me tenir tête, si il devait venir à mourir, cela devrait être dans un combat à la loyale.
D'après les renseignements que l'on avait réussi à rassembler, le temple du Fuildre, l'élément de cet Adranix, devait se trouver non loin d'ici et heureusement mon Gwardnox, Garen, était resté à distance du combat. Je sifflai suffisamment fort pour que celui-ci vienne à ma rencontre. J'attachai tant bien que mal ce corps inconscient à l'arrière et me mis en route pour les montagnes du Nord.

Il fallut 3 jours pour arriver jusqu'à l'entrée du Temple. Apercevant l'immense porte, un sceau foudroyant apparut juste devant. Il ne fallut pas longtemps pour qu'un immense tigre fasse son apparition en électrisant toute cette partie de la grotte. La porte s'ouvra également et un vieil homme en passa le seuil. Cela ne pouvait être que le protecteur et le maître du Temple. Je ne cherchais pas l'affrontement, d'une part parce que j'étais encore épuisé du combat précédent mais également par le fait que ceux-là n'étaient plus vraiment mes ennemis. Je déposai doucement le corps d'Adranix puis fis demi-tour. Il n'y eu aucun échange, je partis aussitôt.

Après être retourné au navire qui nous avait transporté jusqu'ici, j'ordonnai à l'équipage de prendre route vers le continent Ressalien. Une fois à vue des terres, je créai un épais nuage de fumée noire englobant le navire et toute la mer jusqu'au terres les plus proches. Je débarquai avec Garen et ordonnai à l'équipage de retourner à Arcania. Une fois suffisamment à l'écart la fumée se dissipa.
Après quelques jours de route en direction de la tour Tenebrae et quelques coups d'épées sur des soldats de Ressalie, j'arrivai à destination. Je réussis à convaincre le maître Gardian ne m'accepter parmi eux. Il n'y avait à vrai dire aucun disciple, soit ceux-ci se faisait tuer à cause des assauts répétés de la Ressalie, soit ils avaient sombré dans la folie du pouvoir du Tenebrae.
C'est ainsi que tout naturellement je devins le maître des lieux une centaine d'année plus tard.


Partie 3
Renouveau


Des batailles éclataient aux quatre coins du monde et le chaos se propageait à toute vitesse.
J'avais réussi à rassembler un petit nombre de disciple, certains meilleurs que d'autres mais tous arrivaient à gérer la folie de l'ombre qui se trouvait en eux.

J'avais envoyé mes disciples les plus prometteurs de par le monde afin de parfaire leur entraînement. Il était néanmoins temps pour moi de partir de la Tour Tenebrae, au delà de mon objectif principal, je devais parcourir le monde et me rendre à tout les temples et tours élémentaires. Les éléments s’agitaient de plus en plus, un mauvais présage.

Je dois savoir ce qu'il en est...

Autres

" Le doute n'a pas sa place en ce monde."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orys.fantasyboard.net http://orys.fantasyboard.net/
 
Izura Zeith, le protecteur solitaire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Givre Absolu [Solitaire]
» Dragan Tiril [Seigneur Protecteur d'Ardamir]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orys :: Salle du savoir :: Bibliothèque des âmes :: Légendes inscrites-
Sauter vers: